Love Music – Hate Racism

Samedi, le 28 juillet 2012 à partir de 16:30h il y aura la démonstration Love Music – Hate Racism, partant du Riebeckplatz. Nous appelons à danser ensemble et être haut et fort contre le racisme quotidien et la violence raciste!

La violence raciste? Dans ma ville?

Pendant les derniers 3 mois, la Mobile Beratung für Opfer rechter Gewalt (consultation pour victimes de violence droite) a documentée cinq attaques racistes à Halle:

Une agression contre un Jordanien près d ́un arrêt du tram à la mi-avril, une attaque contre un homme de Sierra Leone et son amie dans un tram fin mai ou les actes de violence brutale contre un autre noir fin mai et à la mi-juin au parc et sur la Peißnitz. Mais tout cela n ́est qu ́un petit extrait de ce qui se passe ici; de nombreux autres incidents restent des notes marginales dans la presse ou ne se rend pas présent en public.

La violence raciste, soit-elle de nature physique, psychique ou structurelle, ne part seulement des néo-Nazis, loin de là. Les coupables sont top souvent des gens du soi-disant milieu de la société:

Les (femmes) policiers qui contrôlent surtout des noirs concernant trafique de drogues, pères et mères de famille qui médisent de „ces étrangers“ à la table de la cuisine, des blancs qui préfèrent de ne pas être assise à côté d ́un noir dans le bus ou des allemands qui se veut apolitique mais assomment des demandeurs d ́asile. Ceci se manifeste aussi dans les lois d ́exception racistes.

Racistes? Mais pas nous!

Les racismes sont, comme autres idéologies qui méprisent la dignité humaine, profondément ancré dans notre société. Soit-il le „discours sur l ́intégration“ des modèles politiques prétendues comme Thilo Sarrazin (SPD) ou la réduction éhontée de la série de meurtres racistes de la NSU sur le terme „meurtres kebab“ dans la presse: ce sont des symptômes éminents pour la réalité allemande en 2012 et le climat dans une société ou les gens sont séparés en „indigènes“ et „étrangers“. Ce qui est „étranger“ n ́est pas (seulement) définit par des Allemands blancs par le passeport. Des traditions biologistes se montrent dans l ́étonnement qu ́un Afro-Allemand de Dresden parle avec un dialecte saxon ou quand une famille vivant ici depuis trois générations est tenue de cuisiner typiquement turque.Concrètement, cette séparation va souvent ensemble avec certaines attributions: Que les „Japonais“ sont toujours polis, les „Polonais“ volent, les „Turques“ sent l ́ail et les „Africains“ ont un bon sens du rythme peut être entendu sur des chantiers jusqu ́aux salles d ́université dans tous les couches sociales. Soit-ils négative ou positive: Ces attributions fixes des différences ou il n ́y en a pas. Chaqun a des propres talents, capacités et caractéristiques qui se sont développés individuellement et ne peuvent pas être expliqués par une „appartenance de race“ construite.

Et maintenant?

Il ne faut pas que la société reste comme nous la trouve en ce moment. Chacun de nous la construit et peut la changer. Alors: viens et danse ensemble avec nous contre les racismes et pour une société libre sans mécanismes d ́exclusion. Nous nous solidarisons avec les victimes de violence raciste comme avec ceux qui sont confronté aux racismes quotidiens et omniprésents.

Il faut prendre des mesures contre l ́idéologie et la violence raciste, soit-il dans l ́administration, à la table d ́hôte, en école, université ou bureau, au club sportif ou dans la rue!

 

Pour cette raison:
Samedi, le 28 juillet 2012, 16:30h, Riebeckplatz
Danse bande à part! Casse le racisme quotidien!